TENIR HORS DE PORTEE DES ENFANTS

La technologie. Fleuron du génie humain. Quintessence de l’exploitation de nos capacités intellectuelles et analytiques. Illustration majestueuse de l’évolution de nos sociétés. Source de merveilles.

Mais aussi démonstration d’une décadence que l’on ne peut plus ignorer. Sommes-nous donc capables de l’utiliser ?

Je vais poursuivre sur la lancée du précédent article (pour ceux qui l’auraient loupé, cliquez ici).

C’est finalement la question que tout parent (ou presque) se pose lorsque son gamin grandit. Histoire que cela soit bien clair, exemple :

« – Eh Germaine, tu crois que j’peux filer un couteau au gamin qu’il se démerde à couper sa pizza tout seul ? Demanda Maurice

– Me fais pas chier avec ça, j’regarde le BigDil bordel ! »

Sous-entendu, Maurice se demande si le gamin est suffisamment habile et sage pour maitriser l’outil et ne pas l’utiliser dangereusement. Alors, maîtrisons nous TOTALEMENT les outils, et en faisant-nous bon usage ?

Au regard du bilan écologique et du QI global, il semblerait que l’on ait loupé un truc là. Nous faudrait-il donc un papa et une maman de l’humanité pour nous dire « ah non ma chérie, tu ne peux pas utiliser l’uranium, que vas-tu faire des déchets ? ». C’est chaud quand même. En fait, j’ai l’impression que nous sommes une bande de salles gosses qui chient sur la maigre sagesse cumulée avec les siècles, préférant casser tous les jouets présents dans leur chambre – notre chambre que l’on a nommé « Terre ».

Les mayas, peuple que nous considérons comme primitif, pourraient probablement nous en apprendre bien plus que nous le pensons et nous corrigeraient à grand coup de martinet dans la gueule (pour ça, ce n’est qu’une supposition hein). J’ai appris récemment que les mayas connaissaient la technologie de la roue mais qu’ils ne l’utilisaient pas. Complètement con me direz-vous ! Y’en a qui aiment se faire chier dans la vie ! Eh ben, y paraît qu’ils ne l’utilisaient pas parce qu’ils avaient conscience de l’impact que cela aurait eu sur leur environnement. Je répète : ils avaient conscience de l’impact que cela aurait sur leur environnement. Dans le genre claque dans ta gueule, c’est monstrueusement douloureux !! Les gonz, ils savaient qu’en fabricant des charrettes ils pourraient acheminer plus de bois pour faire plus de maison pour faire plus de gosses pour finalement toujours plus de destruction (« donc en fait le problème vient des gosses ? Germaine, reprend ta pilule bordel »).

Et là, nous ne parlons que d’une putain de roue ! Regardez où nous en sommes aujourd’hui ! Pour compenser le retard, il faudrait que l’on se retire 5 ou 6 mille ans (à vue de nez) dans une grotte ! Haha.

Je ne blâme pas la technologie qui n’est qu’un outil (nucléaire, radiologie, biologie, chimie) mais j’ai un sérieux doute quand à notre capacité à l’utiliser sagement. Nous jouons probablement avec des jouets inadaptés à notre maturité.

L’idée serait donc de faire les choses en conscience et donc en conséquences ? Bon allez, j’ai un exemple : le micro-onde.

« Eh Germaine, comment ca marche ce truc ? demanda Maurice

– Arrête de me les briser, vient plutôt me brouter. »

Croyez-moi, après mes petites recherches (ouai il n’y a pas qu’Elise Lucet qui est capable d’enquêter), je ne suis pas prêt d’en réutiliser un !!

Nous ne sommes peut-être pas prêt à assumer tant de technologie car globalement la balance est davantage à la destruction qu’à la construction. Et le déséquilibre, peu importe le domaine, fini rarement bien. De ce point vue, n’importe qu’elle esprit comprendrais vite l’intérêt de tout stopper ou du moins de raisonner notre égo (envie) pour favoriser nos réels besoins (besoin manger, pas besoin télé).

Partagez bordel ! :)